M.A. Wohl

Writer on a Quest

Une année en Provence

9 mai 2016


Ça sent bon.

Ça bon le thym, le civet de lapin, le tabac des gauloises dans l’air de l’arrière-pays. Au-dessus des landes et des vignes règne tantôt un soleil cuisant, tantôt un mistral implacable.

C’est la Provence où vit l’écrivain Peter Mayle dans les années 1990. Pendant un an, il fait la chronique de cette région du Lubéron où il a acheté une maison, sise entre deux villages médiévaux, avec un vignoble de deux hectares en prime à flanc de coteaux.

Son regard sur les gens de ce coin rural de la Provence fait sourire tout du long. L’affection qu’il porte à ses nouveaux voisins, et à leur incroyable talent pour la cuisine, est contagieuse. On s’installe dans le Lubéron, chéri?

Douce Provence

D’ailleurs, ce roman autobiographique, (que les allergiques de ce genre littéraire se rassurent: l’auteur met en scène d’abord et surtout les gens autour de lui, la maison, la vigne), débute dans un petit restaurant bondé, le jour de l’An, devant un magnifique repas qui met l’eau à la bouche: foie gras, mousse de homard, boeuf en croûte, fromages du cru, desserts légers comme des nuages…

Note pour les gourmands : ce ne sera pas la dernière description bouffe de ce délicieux roman!

Cette histoire a été publiée en 1989 en version originale. Ergo, parfaite (et forcée) absence de la dimension Web. Joie! Cela pourra sembler paradoxale, puisque je rédige deux blogues et aie travaillée comme rédactrice Web de surcroît… Mais oh, comme j’ai adoré au possible la vie sans le web, dans cette Provence d’avant l’ère de la terreur.

Entre les ennuis avec la fameuse administration française, le retour des oiseaux dans les haies de romarin et le second café que l’on sirote en échangeant des potins, ce roman nous transporte dans une bulle de bonheur tranquille passé, où l’on croit à chaque page qu’il faisait bon vivre.

Prochaine destination vacance: la Provence tieng !

Publicités
%d blogueurs aiment ce contenu :