M.A. Wohl

Writer on a Quest

L’intrigue et la richesse du monde imaginaire de l’auteur Martin Stewart m’ont convaincu d’emprunter ce roman, publié en version française aux Éditions Milan en 2018.

Et toute l’histoire commence lentement, mais sûrement. Le personnage principal est bien vite entrainé dans l’aventure d’une vie, le long du fleuve rongé par la glace d’un hiver coriace.

Le lecteur est bien vite confronté, malheureusement, à une jolie soupe de personnages. Si l’écriture bien ficelée, détaillée avec soin, aide à maintenir la trame du récit intact, l’accumulation ne manque pas de lasser un brin, assez rapidement qui plus est.

Cependant, les mystères sont si bien noués, l’univers est si riche qu’il est impossible de lâcher ce roman!
L’histoire trotte dans la tête, les questions aux réponses à venir aussi.

Alors, bien que j’ai souvent posé le roman, un peu exaspéré par la pléthore de personnages, de lieu et de surenchères de méchants sorti de nulle part, je le reprenais aussitôt, avide de connaître le dénouement de l’intrigue principal.

Riverkeep a de quoi plaire aux amateur-es de fantasy amusante et sombre, ainsi qu’aux lecteurs-lectrices pressés de se laisser transporter dans un monde riche et intriguant.

La maman que je suis tient à préciser que ce roman s’adresse aux lecteurs aguerris de 12 ans et plus. C’est qu’on retrouve beaucoup de morceaux de cadavre le long du grand fleuve Danek…

En tout et partout, un roman YA fort chouette, satisfaisant, mais auquel je ne ferai pas de place sur les étagères bondées des bibliothèques de la maison.

Vive les bibliothèques publiques!

%d blogueueurs aiment cette page :